criteres-referencement-google

Les 200 critères de positionnement sur Google en 2021

Vous savez peut-être déjà que Google utilise plus de 200 facteurs de classement dans son algorithme…

Mais que diable sont-ils ?

Eh bien, vous allez vous régaler parce que j’ai dressé une liste complète.

Certains sont prouvés.

D’autres sont controversés.

D’autres sont des spéculations d’intellos du SEO.

Mais elles sont toutes là.

Et j’ai récemment mis à jour cette liste complète pour 2021.

Plongeons dans le vif du sujet.

 

– Mehdi, un serial rankeur
google-critere-referencement

 


Facteurs liés au nom de domaine

 

1/ Âge du domaine: Dans cette vidéo, Matt Cutts de Google affirme que :

« La différence entre un domaine vieux de six mois et un domaine vieux d’un an n’est vraiment pas si grande que ça ».

En d’autres termes, ils utilisent l’âge du domaine, mais ce n’est pas si important.

2/ Le mot-clé apparaît dans le domaine de premier niveau : Avoir un mot-clé dans votre nom de domaine ne vous donne pas le coup de pouce SEO qu’il avait auparavant. Mais il agit toujours comme un signal de pertinence.

3/Le mot clé comme premier mot du domaine : Un domaine qui commence par le mot-clé cible a un avantage sur les sites qui soit n’ont pas ce mot-clé dans leur domaine (soit ont le mot-clé au milieu ou à la fin de leur domaine).

4/ Durée d’enregistrement du domaine : Une annonce de Google indique :

« Les noms de domaines importants sont souvent payés plusieurs années à l’avance, tandis que les domaines court terme sont rarement utilisés pendant plus d’un an. Par conséquent, la date d’expiration d’un domaine dans le futur peut être utilisée comme un facteur de prédiction de la légitimité d’un domaine ».

5/Mot clé dans le sous-domaine : Le panel d’experts de Moz est d’accord sur le fait qu’un mot-clé apparaissant dans le sous-domaine peut améliorer les classements.

Mot clé dans le sous-domaine

6/Historique du domaine : Un site dont la propriété est volatile ou qui a été abandonné plusieurs fois peut demander à Google de « réinitialiser » l’historique du site, en annulant les liens pointant vers le domaine. Ou, dans certains cas, un domaine pénalisé peut reporter la pénalité sur le nouveau propriétaire.

7/Domaine de correspondance exacte (EMD) : Les Exact Match Domains peuvent encore vous donner un léger avantage. Mais si votre EMD se trouve être un site de mauvaise qualité, il est vulnérable à la mise à jour de l’EMD.

Domaine de correspondance exacte (EMD)

8/ WhoIs publics contre privés : Les informations WhoIs privées peuvent être le signe de « quelque chose à cacher ». Le googleur Matt Cutts aurait déclaré:

« …Lorsque j’ai vérifié le whois, ils portaient tous la mention « service de protection de la vie privée whois ». C’est relativement inhabituel. …Le fait d’avoir activé le service whois n’est pas automatiquement mauvais, mais une fois que l’on réunit plusieurs de ces facteurs, on parle souvent d’un type de webmaster très différent de celui qui n’a qu’un seul site ou quelque chose comme ça ».

9/ Pénalisation des propriétaires de WhoIs : si Google identifie une personne particulière comme spammeur, il est logique qu’il examine et pénalise les autres sites appartenant à cette personne.

10/ Extension du TLD du pays : Avoir un domaine de premier niveau avec un code de pays (.fr par exemple) peut aider le site à se classer pour la France ou les pays francophones… mais cela peut limiter la capacité du site à se classer en anglais par exemple.

 

Facteurs liés à la page

 

11/ Mot-clé dans la balise Titre : Bien qu’elle ne soit plus aussi importante qu’avant, votre balise de titre reste un important signal de référencement sur la page.

Mot-clé dans la balise Titre

12/La balise de titre (Title) commence par un mot-clé : selon Moz, les balises de titre qui commencent par un mot-clé ont tendance à être plus performantes que les balises de titre dont le mot-clé se trouve vers la fin de la balise.

13/ Mot clé dans la balise Meta Description : Google n’utilise pas la balise meta description comme signal de classement direct. Cependant, votre balise de meta description peut avoir un impact sur le taux de clics, qui est un facteur clé de classement Google.

14/ Le mot-clé apparaît dans la balise H1 : Les balises H1 sont une « deuxième balise titre ». Avec votre balise titre, Google utilise votre balise H1 comme un signal de pertinence secondaire, selon les résultats d’une étude de corrélation :

Le mot-clé apparaît dans la balise H1

15/TF-IDF : Une façon originale de dire : « Combien de fois un certain mot-clé apparaît dans un document ? ». Plus ce mot apparaît souvent sur une page, plus il est probable que la page soit pertinente sur ce mot clé. Google utilise probablement une version sophistiquée de TF-IDF.

16/ Longueur du contenu : Les contenus comportant plus de mots peuvent couvrir un sujet de maniére plus profonde et sont probablement préférables dans l’algorithme par rapport aux articles plus courts et superficiels. En effet, une étude récente de l’industrie SEO sur les facteurs de classement a montré que la longueur du contenu était corrélée à la position du SERP.

Longueur du contenu

17/ Table des matières : L’utilisation d’une table des matières liée peut aider Google à mieux comprendre le contenu de votre page. Elle peut également donner lieu à des liens vers des sites :

table des matiere

18/ Densité des mots-clés : Bien qu’elle ne soit plus aussi importante qu’autrefois, Google peut l’utiliser pour déterminer le sujet d’une page web, mettre trop de fois les mot clés peux vous pénaliser.

19/ Indexation sémantique latente des mots clés dans le contenu (Latent Semantic Indexing: LSI) : Les mots clés LSI aident les moteurs de recherche à extraire le sens de mots qui ont plus d’une signification (par exemple : Orange l’opérateur télécom contre Orange le fruit). La présence/absence de LSI agit probablement aussi comme un signal de qualité du contenu.

20/ Mots-clés LSI dans les balises de titre et de description : Comme pour le contenu des pages ou des articles, les mots-clés LSI dans les balises méta des pages aident probablement Google à discerner les mots ayant plusieurs significations potentielles. Ils peuvent également servir de signal de pertinence.

21/ La page couvre le sujet en profondeur : Il existe une corrélation connue entre la profondeur de la couverture d’un sujet et le classement de Google. Par conséquent, les pages qui couvrent tous les angles ont probablement un avantage par rapport aux pages qui ne couvrent qu’une partie du sujet.

La page couvre le sujet en profondeur

22/ Vitesse de chargement des pages via HTML : Google et Bing utilisent tous deux la vitesse de chargement des pages comme facteur de classement. Les robots des moteurs de recherche peuvent estimer la vitesse de votre site de manière assez précise en se basant sur le code HTML de votre page.

Vitesse de chargement des pages via HTML

23/ Vitesse de chargement des pages via Chrome : Google utilise également les données des utilisateurs de Chrome pour mieux maîtriser le temps de chargement d’une page. Ainsi, ils peuvent mesurer la vitesse de chargement d’une page pour les utilisateurs.

24/ Utilisation d’AMP : Bien qu’elle ne soit pas un facteur direct de classement dans Google, l’AMP peut être une exigence pour se classer dans la version mobile de Google.

25/ Correspondance sémantique : Le contenu d’une page correspond-il à «l’entité» recherchée par un utilisateur ? Si c’est le cas, cette page peut obtenir un classement plus élevé pour ce mot-clé.

26/ Google Colibri : Ce «changement d’algorithme» a permis à Google d’aller au-delà des mots-clés. Grâce au Hummingbird, Google peut désormais mieux comprendre le sujet d’une page web.

27/ Contenu dupliqué : Un contenu identique sur un même site (même légèrement modifié) peut influencer négativement la visibilité d’un site sur les moteurs de recherche.

28/ Rel=Canonical : utilisée correctement, cette balise peut empêcher Google de pénaliser votre site en cas de contenu dupliqué.

29/ Optimisation de l’image : Les images envoient aux moteurs de recherche des signaux de pertinence importants grâce à leur nom de fichier, leur texte alternatif (balise alt), leur titre, leur description et leur légende.

30/ Récence du contenu : La mise à jour de Google Caffeine favorise les contenus récemment publiés ou mis à jour, en particulier pour les recherches sensibles au temps. Soulignant l’importance de ce facteur, Google indique la date de la dernière mise à jour d’une page pour certaines pages :

Récence du contenu

31/ Ampleur des mises à jour du contenu : L’importance des mises à jour et des modifications sert également de facteur de fraîcheur. L’ajout ou la suppression de sections entières est plus important que le changement de l’ordre de quelques mots ou la correction d’une faute de frappe.

32/Historiques des mises à jour: À quelle fréquence la page a-t-elle été mise à jour au fil du temps ? Quotidiennement, hebdomadairement, tous les 5 ans ? La fréquence des mises à jour de la page joue également un rôle dans la fraîcheur.

33/ Mot-clé au début du contenu: Le fait qu’un mot-clé apparaisse dans les 100 premiers mots du contenu d’une page est corrélé au classement de la première page sur Google.

34/ Mot clé dans les balises H2, H3 : Le fait que votre mot-clé apparaisse en sous-titre au format H2 ou H3 peut être un autre signal  (faible) de pertinence. En fait, le googleur John Mueller déclare:

« Ces balises de titre en HTML nous aident à comprendre la structure de la page ».

35/ Qualité des liens sortants : De nombreux experts SEO pensent que l’ajout de liens vers des sites d’autorité permet d’envoyer des signaux de confiance à Google. Et cela est confirmé par une étude récente du secteur.

36/ Thème des liens sortants : Selon l’algorithme Hillop, Google peut utiliser le contenu des pages vers lesquelles vous établissez un lien comme signal de pertinence. Par exemple, si vous avez une page sur les voitures qui renvoie à des pages liées à des films, cela peut indiquer à Google que votre page concerne les films de voiture, et non l’automobile.

37/ Grammaire et orthographe : Une grammaire et une orthographe correctes sont un signal de qualité, bien que Cutts ait donné des messages contradictoires il y a quelques années sur l’importance ou non de ce point.

38/ Contenu unique : Le contenu de la page est-il original ? S’il est traduit ou copié à partir d’une page indexée, il ne sera pas aussi bien classé… ou pourrait ne pas être indexé du tout.

39/ Mise à jour adaptée aux téléphones portables : Souvent appelée «Mobilegeddon», cette mise à jour récompense les pages qui ont été correctement optimisées pour les appareils mobiles, comme les téléphones ou les tablettes.

40/ Ergonomie mobile : Les sites web que les utilisateurs mobiles peuvent facilement utiliser peuvent avoir un avantage dans le « Mobile-first Index » de Google.

41/ Contenu « caché » sur les mobiles : Le contenu caché sur les appareils mobiles peut ne pas être indexé (ou ne pas être aussi lourdement pris en compte) par rapport au contenu entièrement visible. Cependant, un Googler a récemment déclaré que le contenu caché est acceptable. Mais il a également déclaré que dans la même vidéo, « …s’il s’agit d’un contenu critique, il devrait être visible… ».

42/ Contenu supplémentaire utile : Selon un document de directives sur le classement Google, le contenu supplémentaire utile est un indicateur de la qualité d’une page (et donc du classement Google). Il s’agit par exemple de convertisseurs de devises, de calculateurs d’intérêts sur les prêts, de simulateur de prix, etc…

43/ Contenu caché derrière les onglets : Les utilisateurs doivent-ils cliquer sur un onglet pour révéler une partie du contenu de votre page ? Si c’est le cas, Google a déclaré que ce contenu « ne peut pas être indexé »

44/ Nombre de liens sortants : Trop de liens sortants dofollow peuvent « fuir » le PageRank, ce qui peut nuire au classement de cette page.

45/ Multimédia : Les images, vidéos et autres éléments multimédias peuvent agir comme un signal de qualité du contenu. Par exemple, une étude sectorielle a établi une corrélation entre le multimédia et les classements :

Les images, vidéos et autres éléments

46/ Nombre de liens internes pointant vers la page : Le nombre de liens internes vers une page indique son importance par rapport aux autres pages du site (plus de liens internes = plus de trafic)

47/ Qualité des liens internes pointant vers la page : Les liens internes provenant de pages faisant autorité sur le domaine ont un effet plus marqué que les pages dont le PageRank est faible ou nul.

48/ Liens cassés : Un nombre trop élevé de liens cassés sur une page peut être le signe d’un site négligé ou abandonné. Le document de directives de Google Rater utilise les liens cassés comme on l’a fait pour évaluer la qualité d’une page d’accueil.

49/ Niveau de lecture : Il ne fait aucun doute que Google estime le niveau de lecture des pages web. En fait, Google avait l’habitude de vous donner des statistiques sur le niveau de lecture :Mais ce qu’ils font de ces informations est sujet à débat. Certains disent qu’un niveau de lecture de base vous aidera à mieux vous classer parce qu’il plaira aux masses.

Niveau de lecture

50/ Liens d’affiliation : Les liens d’affiliation eux-mêmes ne feront probablement pas de mal à votre classement. Mais si vous en avez trop, l’algorithme de Google peut prêter plus d’attention à d’autres signaux de qualité pour s’assurer que vous n’êtes pas un «site affilié payant».

51/ Erreurs HTML/validation W3C : Un grand nombre d’erreurs HTML ou un codage bâclé peuvent être le signe d’un site de mauvaise qualité. Bien que controversé, de nombreux spécialistes du référencement pensent qu’une page bien codée est utilisée comme un signal de qualité.

52/ Autorité du domaine : Toutes choses étant égales par ailleurs, une page d’un domaine faisant autorité aura un rang plus élevé qu’une page d’un domaine ayant moins d’autorité.

Autorité du domaine

53/ Le PageRank : Pas parfaitement corrélé, mais les pages avec beaucoup d’autorité ont tendance à dépasser les pages sans grande autorité de lien.

54/ Longueur de l’URL : Les URL excessivement longues peuvent nuire à la visibilité d’une page dans les moteurs de recherche. En fait, plusieurs études sectorielles ont montré que les URL courtes ont tendance à avoir un léger avantage dans les résultats de recherche de Google.

Longueur de l'URL

55/ Chemin URL : Une page plus proche de la page d’accueil peut bénéficier d’un léger renforcement de l’autorité par rapport aux pages enfouies au plus profond de l’architecture d’un site.

56/ Rédacteurs humains : Bien que cela n’ait jamais été confirmé, Google a déposé un brevet pour un système qui permet aux rédacteurs humains d’influencer les SERP.

57/ Catégorie de page : La catégorie dans laquelle la page apparaît est un signal de pertinence. Une page qui fait partie d’une catégorie étroitement liée peut recevoir un signal de pertinence par rapport à une page qui est classée dans une catégorie non liée.

58/ Tags WordPress : Les tags sont des signaux de pertinence spécifiques à WordPress. Selon Yoast.com :

« La seule façon d’améliorer votre référencement est de relier un contenu à un autre, et plus précisément un groupe d’article entre eux ».

59/ Mot clé dans l’URL : Un autre signal de pertinence. Un représentant de Google a récemment qualifié ce signal de «facteur de classement très faible», mais un facteur de classement non négligeable.

60/ Chaîne URL : Les catégories de la chaîne d’URL sont lues par Google et peuvent fournir un signal thématique sur le sujet d’une page :

Chaîne URL

61/ Références et sources : Citer des références et des sources, comme le font les documents de recherche ou les études de cas, peut être un signe de qualité. Les directives de qualité de Google stipulent que les évaluateurs doivent garder un œil sur les sources lorsqu’ils consultent certaines pages : « C’est un sujet pour lequel l’expertise et/ou les sources faisant autorité sont importantes… ». Cependant, Google a nié qu’il utilise des liens externes comme signal de classement.

62/ Articles et listes numérotées : Les listes numérotées permettent de décomposer votre contenu pour les lecteurs, en le rendant plus convivial. Google est probablement d’accord et peut préférer un contenu avec des points et des numéros.

63/ Priorité de la page dans le plan du site : La priorité accordée à une page via le fichier sitemap.xml peut influencer le classement.

64/ Trop de liens sortants : Tout droit sorti du document d’évaluation de la qualité Google :

 « Certaines pages ont beaucoup, beaucoup trop de liens, ce qui obscurcit la page et détourne l’attention du contenu principal ».

65/  Signaux UX provenant d’autres mots clés sur laquelle la page est positionnée : Si la page est classée pour plusieurs autres mots clés, elle peut donner à Google un signe interne de qualité. En fait, le récent rapport de Google intitulé «Comment la recherche fonctionne» indique :

« Nous recherchons des sites que de nombreux utilisateurs semblent apprécier pour des requêtes similaires».

 66/ Âge de la page : Bien que Google préfère un contenu frais, une page plus ancienne et régulièrement mise à jour peut-être plus performante qu’une page plus récente.

67/ Mise en page user friendly (UX) : Encore une citation du document de Google sur les directives de qualité :

« La mise en page des pages de la plus haute qualité rend le contenu principal immédiatement visible ».

68/ Parked Domain : Une mise à jour de Google en décembre 2011 a diminué la visibilité des parked domains. 

69/ Contenu utile : Comme le souligne le lecteur de Backlinko Jared Carrizales, Google peut faire la distinction entre contenu « de qualité » et contenu «utile».

 

Facteurs liés au site

 

70/ Le contenu apporte de la valeur et des points de vue uniques : Google a déclaré qu’il était heureux de pénaliser les sites qui n’apportent rien de nouveau ou d’utile, en particulier les sites affiliés.

71/ Page « Contactez-nous » : Le document de qualité de Google mentionné ci-dessus indique qu’ils préfèrent les sites avec une « quantité appropriée d’informations de contact ». Assurez-vous que vos coordonnées correspondent à vos informations whois.

72/ Domaine Trust/TrustRank : De nombreux SEO estiment que le « TrustRank » est un facteur de classement extrêmement important. Et un brevet de Google intitulé « Search result ranking based on trust » (classement des résultats de recherche basé sur la confiance) semble confirmer cette affirmation.

Domaine Trust-TrustRank

73/ Architecture du site : Une architecture de site bien conçue (par exemple, une structure en silo) aide Google à organiser votre contenu par thème. Elle peut également aider Googlebot à accéder à toutes les pages de votre site et à les indexer.

74/ Mises à jour du site : De nombreux SEO estiment que les mises à jour de sites web – et surtout lorsque de nouveaux contenus sont ajoutés au site – constituent un facteur de fraîcheur pour l’ensemble du site. Bien que Google ait récemment nié qu’ils utilisent la « fréquence de publication » dans leur algorithme.

74/ Présence d’un sitemap : Un plan de site (sitemap) aide les moteurs de recherche à indexer vos pages plus facilement et plus complètement, ce qui améliore la visibilité. Cependant, Google a récemment déclaré que les sitemaps HTML ne sont pas « utiles » pour le référencement.

75/ Temps de chargement du site : De nombreuses interruptions dues à la maintenance du site ou à des problèmes de serveur peuvent nuire à votre classement (et peuvent même entraîner une désindexation si elles ne sont pas corrigées).

76/ Emplacement du serveur : L’emplacement du serveur influence le classement de votre site dans différentes régions géographiques (source). Particulièrement important pour les recherches spécifiques à une région (si vous ciblez les français, mieux vaut un hébergement en France).

77/ Certificat SSL : Google a confirmé l’utilisation du HTTPS comme signal de classement.Selon Google, cependant, le HTTPS n’agit que comme un « tie-breaker« 

Certificat SSL

78/ Conditions d’utilisation et pages de confidentialité : Ces deux pages aident à dire à Google qu’un site est un membre fiable d’Internet. Elles peuvent également aider à améliorer l’E-A-T de votre site.

79/ Dupliquer les méta-informations sur le site : La duplication des méta-informations sur votre site peut réduire la visibilité de votre page.

80/ Navigation par fil d’Ariane : Il s’agit d’un style d’architecture de site convivial qui aide les utilisateurs (et les moteurs de recherche) à savoir où ils se trouvent sur un site :

C’est ce qu’affirme Google : « Google Search utilise le fil d’Ariane dans le corps d’une page web pour classer les informations de la page dans les résultats de recherche ».

Navigation par fil d'Ariane

81/ Mobile optimisé : Avec plus de la moitié des recherches effectuées à partir d’appareils mobiles, Google veut s’assurer que votre site est optimisé pour les utilisateurs mobiles. En fait, Google pénalise désormais les sites web qui ne sont pas adaptés aux mobile.

82/ YouTube : Il ne fait aucun doute que les vidéos de YouTube bénéficient d’un traitement préférentiel dans les SERP (probablement parce que Google en est le propriétaire) :En fait, Search Engine Land a constaté que le trafic de YouTube.com a augmenté de manière significative après Google Panda.

YouTube

83/ Utilisabilité du site : Un site difficile à utiliser ou à naviguer peut nuire indirectement au classement en réduisant le temps passé sur le site, les pages consultées et le taux de rebond (en d’autres termes, les facteurs de classement RankBrain).

84/ Utilisation de Google Analytics et de la console de recherche Google : Certains pensent que l’installation de ces deux programmes sur votre site peut améliorer l’indexation de votre page. Ils peuvent également influencer directement le classement en donnant à Google plus de données avec lesquelles travailler (c’est-à-dire un taux de rebond plus précis, que vous obteniez ou non du trafic de référencement à partir de vos liens retour, etc.). Ceci dit, Google a nié cette information.

85/ Avis des utilisateurs/Réputation du site : La réputation d’un site sur des sites comme Yelp.com joue probablement un rôle important dans l’algorithme de Google. Google a même publié un aperçu rarement sincère de la façon dont il utilise les avis en ligne après qu’un site ait été pris en train d’arnaquer des clients pour obtenir des liens sponsorisés.

 

Facteurs de liens

 

86/ Linker sur des domaines anciens : les liens des domaines anciens peuvent être plus puissants que les nouveaux domaines.

87/ nombre de domaines référants : Le nombre de domaines de référence est l’un des facteurs de classement les plus importants dans l’algorithme de Google, comme vous pouvez le voir dans cette étude sectorielle portant sur 1 million de résultats de recherche Google.

nombre de domaines référants

88/ Nombre de liens provenant de IP de classe C distincts : Les liens provenant d’adresses IP de classe C distinctes suggèrent un plus grand nombre de sites qui vous sont liés, ce qui peut aider à établir un classement.

89/  Nombre de pages avec des liens : Le nombre total de pages de liens – même provenant du même domaine – a un impact sur le classement.

90/ Texte d’ancrage du backlink : Comme indiqué dans cette description de l’algorithme original de Google :

« Tout d’abord, les ancres fournissent souvent des descriptions plus précises des pages web que les pages elles-mêmes. »

De toute évidence, le texte d’ancrage est moins important qu’auparavant (et, lorsqu’il est trop optimisé, fonctionne comme un signal de webspam). Mais le texte d’ancrage riche en mots-clés envoie encore un signal de pertinence fort à petites doses.

91/ Alt Tag (pour les liens d’images) : Le texte Alt sert de texte d’ancrage pour les images.

92/ Liens des domaines .edu ou .gov : Matt Cutts a déclaré que le top level domain (TLD) ne tient pas compte de l’importance d’un site. Et Google a dit qu’il «ignorait» beaucoup de liens .edu. Mais cela n’empêche pas les SEO de penser que les TLD .gov et .edu ont une place importante dans l’algorithme.

93/Autorité de la page de liens : L’autorité (PageRank) de la page de renvoi a été un facteur de classement extrêmement important depuis les débuts de Google et l’est toujours.

Autorité de la page de liens

94/ Autorité du domaine : L’autorité du domaine de référence peut jouer un rôle indépendant dans la valeur d’un lien.

95/ Liens des concurrents : Les liens provenant d’autres pages du même SERP peuvent avoir plus de valeur pour le classement d’une page pour ce mot-clé particulier.

96/ Liens des sites web «attendus» : Bien que spéculatifs, certains OMR estiment que Google ne fera pas entièrement confiance à votre site web tant que vous n’aurez pas obtenu de liens à partir d’un ensemble de sites « attendus » dans votre secteur.

97/ Liens provenant de sites « pas net » (sites peu fréquentables) : Les liens provenant de ce que l’on appelle les «mauvais quartiers» peuvent nuire à votre site. (Ex: Porno, casino, etc…)

98/ Guest blogging : Bien que les liens guest blogging soient toujours valables, ils ne sont probablement pas aussi puissants que les véritables liens éditoriaux (de plus, les guest post «à grande échelle» peuvent mettre votre site en difficulté).

99/ Liens à partir des annonces : Selon Google, les liens provenant d’annonces ne doivent pas être suivis. Cependant, il est probable que Google soit capable d’identifier et de filtrer les liens suivis des annonces.

100/ Page d’accueil Autorité : Les liens vers la page d’accueil d’une page de référence peuvent jouer un rôle particulièrement important dans l’évaluation du poids d’un lien – et donc d’un site.

101/ Liens non-suivis (no follow) : C’est l’un des sujets les plus controversés en matière de référencement. Le communiqué officiel de Google à ce sujet est :

« En général, nous ne les suivons pas. »

Ce qui suggère qu’ils le font… au moins dans certains cas. Le fait d’avoir un certain % de liens non suivis peut également indiquer un profil de liens naturels par rapport à des liens non naturels.

102/ Diversité des types de liens : Le fait qu’un pourcentage anormalement élevé de vos liens proviennent d’une seule source (par exemple, des profils de forum, des commentaires de blog) peut être un signe de spam. D’autre part, des liens provenant de sources diverses est un signe de profil de lien naturel.

103/ Tags « Sponsored » ou « UGC » : Les liens marqués comme « rel=sponsored » ou « rel=UGC » sont traités différemment des liens normaux « followed » ou rel=nofollow.

104/ Liens contextuels : Les liens intégrés dans le contenu d’une page sont considérés comme plus puissants que les liens sur une page vide ou trouvés ailleurs sur la page.

Liens contextuels

105/ Redirections excessives vers la page 301 : Les liens provenant des redirections 301 diluent un peu le PageRank, selon une vidéo d’aide aux webmasters.

106/ Texte d’ancrage du lien interne : Le texte d’ancrage du lien interne est un autre signal de pertinence. Cela dit, les liens internes ont probablement beaucoup moins de poids que le texte d’ancrage provenant de sites externes (maillage externe vs maillage interne).

107/ Attribution du titre du lien : Le titre du lien (le texte qui apparaît lorsque vous survolez un lien) peut également être utilisé comme un faible signal de pertinence.

108/ Pays TLD du domaine de référence : Obtenir des liens à partir d’extensions de domaine de premier niveau spécifiques à un pays (.be, .fr, .co.uk) peut vous aider à mieux vous positionner dans ce pays.

109/ Emplacement du lien dans le contenu : Les liens placés au début d’un contenu peuvent avoir un poids légèrement supérieur à celui des liens placés à la fin du contenu.

Emplacement du lien dans le contenu

110/ Emplacement du lien sur la page : L’emplacement d’un lien sur une page est important. En général, un lien intégré dans le contenu d’une page est plus puissant qu’un lien dans le pied de page ou dans la barre latérale.

111/ Relier la pertinence des domaines : Un lien provenant d’un site dans une niche similaire est beaucoup plus puissant qu’un lien provenant d’un site sans aucun rapport.

112/ Pertinence du niveau de la page : Un lien provenant d’une page pertinente a également plus de valeur.

113/ Mot-clé dans le titre : Google accorde une attention particulière aux liens des pages qui contiennent le mot-clé de votre page dans le titre (« Experts linking to experts ».)

114/ Vélocité du lien : Un site avec un lien à vélocité positive reçoit généralement un coup de pouce du SERP car il montre que votre site est de plus en plus populaire.

Vélocité du lien

115/ Vélocité négative : D’un autre côté, une vitesse de liaison négative peut réduire considérablement les classements car c’est le signe d’une baisse de popularité.

116/ Liens des pages « Hub » : L’algorithme Hilltop suggère que l’obtention de liens à partir de pages considérées comme des ressources de premier plan (ou « hubs ») sur un certain sujet fasse l’objet d’un traitement spécial.

117/ Lien vers les sites d’autorités : Un lien provenant d’un site considéré comme un « site d’autorité » a plus de chances de passer qu’un lien provenant d’un petit site relativement peu connu.

118/ Lié à la source Wikipédia : Bien que les liens ne soient pas suivis, beaucoup pensent qu’obtenir un lien de Wikipedia vous donne un peu plus de confiance et d’autorité aux yeux des moteurs de recherche.

119/ Co-Occurrences : Les mots qui tendent à apparaître autour de vos backlinks aident à dire à Google de quoi traite cette page.

120/Âge du lien : Selon un brevet de Google, les liens plus anciens ont plus de pouvoir de classement que les backlinks nouvellement créés.

121/ Liens de sites réels vs. « Fake » : En raison de la prolifération des réseaux de blogs, Google accorde probablement plus de poids aux liens provenant de « vrais sites » qu’aux faux blogs. Ils utilisent probablement des signaux de marque et d’interaction avec l’utilisateur pour faire la distinction entre les deux.

122/ Profil de lien naturel : Un site avec un profil de lien « naturel » va être mieux classé et plus durable aux mises à jour qu’un site qui a manifestement utilisé des stratégies dangereuse (black hat) pour créer des liens.

123/ Liens réciproques : La page des schémas de liens de Google répertorie les « échanges excessifs de liens » comme un schéma de liens à éviter.

124/ Liens vers le contenu généré par les utilisateurs : Google peut identifier l’UGC par rapport au contenu publié par le propriétaire du site. Par exemple, ils savent qu’un lien provenant du blog officiel de WordPress.com est très différent d’un lien provenant de meilleurcoiffeurparis.wordpress.com.

125/ Liens à partir de 301 : Les liens à partir de 301 redirigent peuvent perdre un peu de leur jus par rapport à un lien direct. Cependant, Matt Cutts dit que les 301 sont similaires aux liens directs.

126/ Utilisation de Schema.org : Les pages qui supportent les microformats peuvent être classées au-dessus des pages qui n’en supportent pas. Il peut s’agir d’un coup de pouce direct ou du fait que les pages avec microformatage ont un CTR SERP plus élevé :

Utilisation de Schema.org

127/ Rang de confiance du site de liaison : La fiabilité du site qui vous backlinke détermine le niveau de « TrustRank » qui vous est attribué.

128/ Nombre de liens sortants sur la page : Le PageRank est fini. Un lien sur une page avec des centaines de liens envoie moins de PageRank qu’une page avec une poignée de liens sortants.

129/ Liens du forum : En raison du spamming au niveau industriel, Google peut dévaloriser considérablement les liens des forums.

130/ Nombre de mots du contenu des liens : Un lien provenant d’un message de 1000 mots est généralement plus précieux qu’un lien à l’intérieur d’un extrait de 25 mots.

131/ Qualité du contenu des liens : Les liens provenant de contenus mal rédigés ou mal expliqués ne sont pas aussi valables que les liens provenant de contenus bien rédigés.

132/ Liens récurrent : Matt Cutts a confirmé que les liens à l’échelle du site sont « compressés » pour compter comme un seul lien (exemple lien dans le footer).

Facteurs d’nteraction avec les utilisateurs

133/ RankBrain : RankBrain est l’algorithme d’intelligence artificielle de Google. Beaucoup pensent que son principal objectif est de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec les résultats de recherche (et de classer les résultats en conséquence).

134/ Taux de clics organiques pour un mot-clé : selon Google, les pages qui sont plus cliquées dans CTR peuvent bénéficier d’une augmentation du SERP pour ce mot-clé particulier.

135/ CTR organique pour tous les mots-clés : Le CTR organique d’un site pour tous les mots-clés qu’il classe peut être un signal d’interaction humaine avec l’utilisateur (en d’autres termes, un « score de qualité » pour les résultats organiques).

136/ Taux de rebond : Tout le monde ne s’accorde pas à dire que le taux de rebond est important, mais c’est peut-être une façon pour Google d’utiliser ses utilisateurs comme testeurs de qualité (après tout, les pages avec un taux de rebond élevé ne sont probablement pas un bon résultat pour ce mot-clé). Par ailleurs, une étude récente de SEMRush a établi une corrélation entre le taux de rebond et le classement de Google.

Taux de rebond

137/ Trafic direct : Il est confirmé que Google utilise les données de Google Chrome pour déterminer combien de personnes visitent le site (et à quelle fréquence). Les sites avec beaucoup de trafic direct sont probablement des sites de meilleure qualité que les sites qui reçoivent très peu de trafic direct. En fait, l’étude SEMRush que je viens de citer a trouvé une corrélation significative entre le trafic direct et les classements de Google.

138/ Trafic récurent : Les sites ayant des visiteurs récurrents peuvent bénéficier d’une amélioration de leur classement sur Google.

139/ Pogosticking : Le «Pogosticking» est un type de rebondissement particulier. Dans ce cas, l’utilisateur clique sur d’autres résultats de recherche pour tenter de trouver la réponse à sa requête. Pogosticking

Les résultats que les gens de Pogostick peuvent obtenir une baisse de classement significative.

140/ Sites bloqués : Google a supprimé cette fonctionnalité dans Chrome. Cependant, Panda a utilisé cette fonctionnalité comme un signal de qualité. Google peut donc toujours en utiliser une variante.

141/ Signets en chrome : Nous savons que Google collecte des données sur l’utilisation du navigateur Chrome. Les pages qui sont mises en signets dans Chrome pourraient être stimulées.

142/ Nombre de commentaires : Les pages contenant beaucoup de commentaires peuvent être un signe d’interaction avec les utilisateurs et de qualité. En fait, un Googler a déclaré que les commentaires peuvent aider « beaucoup » à établir des classements.

Nombre de commentaires

143/ Temps moyen de lecture : Google accorde une attention toute particulière au «temps d’attente» : le temps que les internautes passent sur votre page lorsqu’ils effectuent une recherche sur Google. C’est ce qu’on appelle parfois « les clics longs par rapport aux clics courts ». En bref : Google mesure le temps que les internautes passent sur votre page. Plus, le temps passé est long, mieux c’est.

 

Règles spéciales de l’algorithme Google

 

144/ La requête mérite de la fraîcheur : Google donne un coup de pouce aux pages les plus récentes pour certaines recherches.

145/ La requête mérite la diversité : Google peut ajouter de la diversité à un SERP pour des mots-clés ambigus, tels que « Ted », « WWF » ou « rubis ».

146/ Historique de navigation des utilisateurs : Vous l’avez sans doute remarqué vous-même : les sites web que vous visitez fréquemment bénéficient d’un coup de pouce du SERP pour vos recherches.

147/ Historique des recherches de l’utilisateur : L’historiqur de recherche influence les résultats de recherche pour les recherches ultérieures. Par exemple, si vous recherchez « revues » puis « grille-pain », Google est plus susceptible de classer les sites de revue de grille-pain plus haut dans les SERP.

148/ Featured snippets  : Selon une étude SEMRush, Google choisit le contenu des « Featured Snippets » en fonction d’une combinaison de la longueur du contenu, du formatage, de l’autorité de la page et de l’utilisation de HTTP.

149/ Ciblage géographique : Google donne la préférence aux sites ayant un IP de serveur local et une extension de nom de domaine spécifique au pays.

150/ Recherche sécurisée : Les résultats de recherche avec des mots au contenu explicite ou du contenu pour adultes n’apparaîtront pas pour les personnes dont la recherche sécurisée est activée.

151/ Mots-clés « YMYL » : Google a des normes de qualité de contenu plus élevées pour les mots-clés « Your Money or Your Life ».

152/ Plaintes DMCA : Google « descend » les pages avec des plaintes DMCA légitimes.

153/ Diversité des domaines : La mise à jour dite «Bigfoot» aurait ajouté des domaines supplémentaires à chaque page du SERP.

154/ Recherches transactionnelles : Google affiche parfois des résultats différents pour les mots-clés liés aux achats, comme les recherches de vols.

155/ Recherches locales : Pour les recherches locales, Google place souvent les résultats locaux au-dessus des SERP organiques « normaux ».

Recherches locales

156/ Encadré « Top Stories » : Certains mots clés déclenchent une boîte à Top Stories :

Encadré -Top Stories

157/ Préférence pour les grandes marques : Après la mise à jour de Vince, Google a commencé à donner un coup de pouce aux grandes marques pour certains mots-clés.

158/ Résultats des achats : Google affiche parfois les résultats d’achats de Google dans les SERP organiques :

Résultats des achats

159/ Résultats des images : Les images Google apparaissent parfois dans les résultats de recherche normaux et organiques.

160/ Résultats en œufs de Pâques : Google a une douzaine de résultats pour les œufs de Pâques. Par exemple, lorsque vous recherchez « Pacman » dans la recherche d’images sur Google, les résultats de la recherche se transforment en un jeu jouable ( !).

161/ Résultats des sites uniques pour les marques : Les mots clés relatifs à un domaine ou à une marque font apparaître plusieurs résultats provenant d’un même site.

162/ Résultats des Produits financiers : il s’agit d’un algorithme spécial conçu pour nettoyer les «requêtes très spammées».

 

Signaux de marque

 

163/ Texte d’ancrage de la marque : Le texte d’ancrage de marque est un signal de marque simple – mais fort.

164/ Recherches de marque : Les gens recherchent des marques. Si les gens recherchent votre marque dans Google, cela montre à Google que votre site est une véritable marque.

165/ Recherches de marques + mots-clés : Les gens recherchent-ils un mot clé spécifique en même temps que votre marque (par exemple : « mehdimoidonc facteurs de référencement Google » ou « mehdimoidonc SEO ») ? Si c’est le cas, Google peut vous donner un coup de pouce au classement lorsque les gens recherchent la version sans marque de ce mot-clé dans Google.

166/ Le site a une page Facebook et des likes : Les marques ont tendance à avoir des pages Facebook avec beaucoup de likes.

167/ Le site a un profil Twitter avec des followers : Les profils Twitter avec beaucoup de followers signalent une marque populaire.

168/ Page officielle de la société Linkedin : La plupart des entreprises réelles ont des pages d’entreprise sur Linkedin.

169/ Auteur connu : En février 2013, le PDG de Google, Eric Schmidt, a déclaré

« Dans les résultats de recherche, les informations liées à des profils en ligne vérifiés seront mieux classées que le contenu sans cette vérification, ce qui amènera la plupart des utilisateurs à cliquer naturellement sur les premiers résultats (vérifiés) »

170/ Légitimité des comptes des médias sociaux : Un compte de médias sociaux comptant 10 000 adeptes et 2 messages est probablement interprété de manière très différente d’un autre compte fort de 10 000 adeptes et avec beaucoup d’interaction. En fait, Google a déposé un brevet pour déterminer si les comptes de médias sociaux étaient réels ou faux.

171/ Mentions de marque en top Stories : De très grandes marques sont constamment en Top stories. En fait, certaines marques ont même un flux d’informations de leur propre site, en première page. Tapez LVMH dans google vous allez comprendre.

172/ Mentions de marques non liées : Les marques sont mentionnées sans être liées. Google considère probablement les mentions de marques non liées comme un signal de marque.

173/ Emplacement des bureaux : Les vraies entreprises ont des bureaux. Il est possible que Google recherche des données de localisation pour déterminer si un site est une grande marque ou non.

 

Facteurs négatifs sur le site

 

174/ Pénalité Panda : Les sites au contenu de mauvaise qualité (en particulier les fermes de contenu) sont moins visibles lors des recherches après avoir été frappés par une pénalité Panda.

175/ Liens vers le mauvais voisinage : Les liens vers des « mauvais quartiers » – comme les pharmacies ou les sites porno, casino etc… – peuvent nuire à la visibilité de votre recherche.

176/ Redirections : Les redirections sans aucune logique sont dangeureuse pour votre SEO. Si elle est detectée, elle peut faire en sorte que le site soit non seulement pénalisé, mais aussi désindexé.

177/ Popups ou « publicités distrayantes » : Selon les documents officiels de Google Rater Guidelines, les popups et les publicités distrayantes sont le signe d’un site de mauvaise qualité.

178/ Popups interstitiels : Google peut pénaliser les sites qui affichent des popups « interstitiels » pleine page pour les utilisateurs mobiles.

Popups interstitiels

179/ Sur-optimisation du site : Oui, Google pénalise les gens qui sur-optimisent leur site. Cela inclut : le bourrage de mots-clés, le bourrage des balises d’en-tête, la décoration excessive des mots-clés.

180/ Contenu « charabia » : Un brevet Google décrit comment Google peut identifier le contenu « charabia », ce qui est utile pour filtrer le contenu filé ou généré automatiquement de leur index.

181/ Pages de renvoi: Google veut que la page que vous montrez à Google soit la page que l’utilisateur voit. Si votre page redirige les gens vers une autre page, il s’agit d’une « Doorway Page ». Il va sans dire que Google n’aime pas les sites qui utilisent des pages de renvoi.

182/ Annonces au dessus du contenu : « L’ algorithme de mise en page » pénalise les sites ayant beaucoup de publicités (et peu de contenu) au-dessus du pli.

Annonces au dessus du contenu

183/ Cacher les liens d’affiliation : Aller trop loin dans la dissimulation des liens d’affiliation (en particulier avec le camouflage) peut entraîner une sanction.

184/ Fred : Un surnom donné à une série de mises à jour de Google à partir de 2017. Selon Search Engine Land, Fred « cible les sites de contenu de faible valeur qui mettent les revenus au-dessus de l’aide à leurs utilisateurs ».

185/ Sites affiliés : Ce n’est un secret pour personne que Google n’est pas le plus grand fan des sites affiliés. Et beaucoup pensent que les sites qui monétisent avec des programmes d’affiliation sont soumis à une surveillance accrue.

186/ Contenu autogénéré : Google déteste, à juste titre, le contenu autogénéré. S’il soupçonne que votre site pompe du contenu généré par ordinateur, il pourrait entraîner une pénalité ou une désindexation.

187/ Excès de PageRank  : Aller trop loin avec la sculpture du PageRank – en ne suivant pas tous les liens sortants – peut être un signe de jeu du système.

188/ Adresse IP signalée comme spam : si l’adresse IP de votre serveur est signalée comme spam, cela peut affecter tous les sites de ce serveur.

189/ Spamming de méta-tags : Le bourrage de mots-clés peut également se produire dans les méta-descriptions. Si Google pense que vous ajoutez des mots clés à vos balises de titre et de description dans le but de jouer à l’algo, il se peut que votre site soit pénalisé.

 

Facteurs négatif hors site

 

190/ Site piraté : Si votre site est piraté, il peut être supprimé des résultats de recherche. En fait, Search Engine Land a été complètement désindexé après que Google ait cru qu’il avait été piraté.

191/ Influx de liens contre nature : Un afflux soudain (et non naturel) de liens est un signe certain de liens fictifs.

192/ Pénalité pingouin : Les sites qui ont été touchés par Google Penguin sont nettement moins visibles dans les recherches. Bien qu’apparemment, Pingouin se concentre désormais davantage sur le filtrage des mauvais liens que sur la pénalisation de sites entiers.

193/ Profil des liens avec un pourcentage élevé de liens de faible qualité : Un grand nombre de liens provenant de sources couramment utilisées par les SEO (comme les commentaires de blogs et les profils de forums) peuvent être le signe d’une utilisation abusive du système.

194/ Liens provenant de sites web sans rapport avec le sujet : Un pourcentage élevé de liens de retour provenant de sites sans rapport avec le sujet peut augmenter les chances d’une sanction manuelle.

195/ Avertissement de liens non naturels : Google a envoyé des milliers de messages « Google Search Console notice of detected unnatural links ». Cela précède généralement une baisse de classement, mais pas toujours.

196/ Liens vers des annuaires de faible qualité : Selon Google, les liens retour provenant d’annuaires de mauvaise qualité peuvent entraîner une pénalité.

197/ Liens de widgets : Google désapprouve les liens qui sont générés automatiquement lorsque l’utilisateur intègre un « widget » sur son site.

198/ Liens provenant de la même IP de classe C : le fait d’obtenir une quantité anormale de liens provenant de sites situés sur la même IP de serveur peut aider Google à déterminer que vos liens proviennent d’un réseau de blogs.

199/ Texte d’ancrage « Poison » : Un texte d’ancrage « empoisonné » (en particulier les mots-clés de pharmacie) pointé vers votre site peut être un signe de spam ou de site piraté. Dans les deux cas, cela peut nuire au classement de votre site.

200/ Pic de lien non naturel : Un brevet Google 2013 décrit comment Google peut identifier si un afflux de liens vers une page est légitime ou non. Ces liens non naturels peuvent être dévalorisés.

201/ Liens des articles et des communiqués de presse : Les répertoires d’articles et les communiqués de presse ont été utilisés de manière abusive au point que Google considère désormais ces deux stratégies de création de liens comme un « schéma de liens » dans de nombreux cas.

202/ Actions manuelles : Il en existe plusieurs types, mais la plupart sont liés à la construction de liens de black hat.

203/ Vente de liens : Se faire prendre à vendre des liens peut nuire à la visibilité de votre recherche.

204/ Google Sandbox : les nouveaux sites qui reçoivent un afflux soudain de liens sont parfois mis dans le Google Sandbox, ce qui limite temporairement la visibilité de la recherche.

205/ Google Dance : La Google Dance peut temporairement bouleverser les classements. Selon un brevet de Google, cela peut être un moyen pour eux de déterminer si un site essaie ou non de jouer avec l’algorithme.

Google Dance

206/ Outil de désaveu : L’utilisation de l’outil de désaveu peut supprimer une pénalité manuelle ou algorithmique pour les sites qui ont été victimes d’un référencement négatif.

207/ Demande de reconsidération : Une demande de réexamen acceptée peut lever une sanction.

208/ Régimes de liaison temporaire : Google a découvert des personnes qui créent – et suppriment rapidement – des liens spam. Également connu sous le nom de système de liens temporaires.

 

Conclusion

C’est une sacrée liste !

Pour résumer, voici les principaux facteurs de classement de Google en 2020 :

  • Domaines de référence
  • Taux de clic organique
  • Autorité du domaine
  • Ergonomie mobile
  • Temps de lecture
  • Nombre total de backlinks
  • Qualité du contenu
  • Optimisation des pages

Maintenant, j’aimerais avoir vos avis:

Quel facteur de classement SEO de cette liste était nouveau pour vous ?

Ou peut-être que j’ai raté quelque chose.

Dans tous les cas, faites-le moi savoir en laissant un commentaire ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page