muslim friendly thailande

Certifications Halal et son impact sur le tourisme en Thaïlande

certification-halal-thailande

 

Le « Halal » est un concept venant du langage arabe qui signifie quelque chose de permis, qui n’est pas réprimé. Ce terme est ensuite devenu une des fondations des lois islamiques. Les pays du Sud Est de l’Asie sont des pays hétérogènes avec une riche diversité de cultures, de religions et de coutumes.

La plus grande partie de la population d’Asie du sud-est est musulmane, ce qui influe sur les activités de cette région. L’une des clés de l’économie n’est pas seulement le commerce, mais aussi le secteur du tourisme. Chaque pays essayent donc de favoriser ses régions touristiques afin d’attirer les touristes à visiter le pays.

Le secteur du tourisme développe ces pays, avec l’un des facteurs stratégiques à savoir l’augmentation des devises étrangères et des revenus. Les produits halal sont une exigence majeure pour les consommateurs musulmans. De nombreux pays, même s’ils ne comprennent pas une majorité de musulmans, ont commencés à encourager le halal, pour obtenir un tourisme des pays ayant eux une majorité de musulmans. C’est même devenu une priorité pour les gouvernements des pays de L’ASEAN, toujours dans le but de promouvoir le tourisme. Cet article va vous montrer l’avancé du halal en Thaïlande, et comment cela impact le tourisme.

Sommaire

1 Introduction
2 L’islam et l’identité malayo-musulmane en Thaïlande
3 La contribution économique des voyages et du tourisme en Thaïlande
4 Tourisme Halal : Concept et pratique
5 La Politique de tourisme halal et l’avenir de l’économie thaïlandaise
6 Conclusion

Introduction

Dans cette ère de globalisation et d’avancée du système d’échange, les investisseurs recherchent des opportunités intéressantes, et les produits halal pourraient bien en être une, aux vues du nombre croissant de musulmans dans le monde. La demande de produits halal a aussi significativement augmenté.

Cette demande ne vient pas seulement de pays a majorité musulmane, car dans les pays touristiques, de nombreux restaurants recherchent cette certification halal pour attirer un maximum de clients.

Au japon par exemple, l’économie est orientée sur une cible large, même si les musulmans représentent une infime partie de la population. Les japonais ont réalisé que la population musulmane est en constante augmentation, tout comme leur besoin en produits du quotidien, comme le halal.

C’est la raison principale qui a poussé le japon a créé une institution nationale du Halal et attirer des touristes musulmans dans leur pays.

Les musulmans sont présents sur 5 continents, avec environ 60% de la population musulmane qui vit en Asie et 20% qui vit en Afrique du nord et au Moyen Orient. Par contre, le moyen Orient et l’Afrique du nord comportent 95% de population musulmane sur leur territoire.

musulmans-dans-le-monde

La population musulmane augmente chaque année. Le graphique montre que l’islam n’est pas seulement présente en Asie, mais quelle représente un cinquième de la population mondiale. Plus de 300 millions de musulmans vivent dans des pays ou ce n’est pas la religion principale. Ces populations minoritaires sont souvent étendues, comme l’inde, qui comporte la troisième plus grande population musulmane dans le monde.

La chine a plus de musulmans que la Syrie, la Russie en a plus que la Jordanie et la Lybie combinées. Même l’Europe et les USA qui ont une majorité de non musulmans, ont une population musulmane non négligeable. Ce graphique montre donc que la population musulmane est dispersée, même dans les pays qui n’ont pas d’historique avec l’islam.

La population musulmane mondiale devrait augmenter d’environ 35 % au cours des 20 prochaines années, passant de 1,6 milliard en 2010 à 2,2 milliards d’ici 2030, selon les nouvelles projections démographiques du Forum on Religion and Public Life du Pew Research Center. Au niveau mondial, la population musulmane devrait croître environ deux fois plus vite que la population non musulmane au cours des deux prochaines décennies, soit un taux de croissance annuel moyen de 1,5 % pour les musulmans, contre 0,7 % pour les non-musulmans.

Si la tendance actuelle se poursuit, les musulmans représenteront 26,4 % de la population mondiale totale projetée de 8,3 milliards en 2030, contre 23,4 % de la population mondiale estimée à 6,9 milliards en 2010. La Thaïlande accueille des visiteurs du monde islamique depuis des décennies. L’Office du tourisme de Thaïlande a publié des guides à l’intention des visiteurs musulmans et participe régulièrement à des salons du voyage dans le monde musulman, comme l’Arabian Travel Mart à Dubaï. Le pays s’attend à une augmentation du nombre de visiteurs musulmans d’Indonésie et de Malaisie après l’entrée en vigueur de la Communauté intégrée de l’ASEAN cette année.

Elle travaille en étroite collaboration avec la communauté musulmane thaïlandaise et l’industrie du tourisme pour s’assurer qu’elle est bien préparée à fournir les installations et les services sociaux, culturels et religieux que de nombreux visiteurs musulmans recherchent. Attirer davantage de touristes musulmans est également conforme à la politique du gouvernement visant à promouvoir la production et l’exportation d’aliments halal.

La Thaïlande considère le tourisme comme une solution pour améliorer l’économie. En d’autres termes, la Thaïlande considère le tourisme comme un outil important pour attirer les touristes étrangers en Thaïlande et pour améliorer son économie. Cet article examinera dans quelle mesure la politique du ‘Halal’ est appliquée en Thaïlande et quel est son impact sur le secteur du tourisme. Une méthode de recherche qualitative est employée afin d’atteindre les objectifs de la recherche.

 

L’islam et l’identité malayo-musulmane en Thaïlande

thai-musulman

La Thaïlande est une mosaïque de diversité et de culture. Une nation de plus de 60 millions d’habitants, le sens de l’identité thaïlandais est allié au bouddhisme et à la monarchie. C’est un pays fier de son indépendance, de son riche patrimoine et de sa tradition, mais il s’est aussi adapté aux changements rapides induits par la mondialisation.

La Thaïlande est un bon exemple de la manière dont un pays asiatique à majorité bouddhiste utilise le tourisme comme moyen d’intégration sociale et culturelle et de promotion économique de sa minorité musulmane. L’intégration complète de la population musulmane est une priorité nationale pour la Thaïlande, et le tourisme peut jouer et joue un rôle majeur dans ce processus.

En fonction de la source, le pourcentage de musulmans en Thaïlande se situe autour de 4,8 % d’une population totale d’environ 65 millions de personnes. L’islam est actuellement la religion minoritaire la plus importante en Thaïlande où (malgré les pressions intermittentes des Sangha bouddhistes), le bouddhisme, religion de grande importance dans la société thaïlandaise et le credo de la grande majorité des Thaïlandais, n’a pas été déclaré religion officielle du pays.

Les musulmans sont concentrés dans les provinces les plus méridionales de Narathiwat, Pattani, Yala et Satun, où ils représentent entre 65 % et 85 % de la population locale et sont principalement d’origine malaisienne.

Thailande-province-sud

 

La région elle-même est connue dans le langage populaire, de façon quelque peu problématique, comme le « sud profond », le « sud le plus profond » ou l' »extrême sud », terminologie qui accentue encore la perception de marginalité de la Thaïlande. D’autres zones de concentration musulmane importante se trouvent au nord (Chiang-Mai), dans les plaines centrales (Bangkok et Ayutthaya) et dans le « haut » sud (Songkhla, Nakhon Si Thammarat, Phuket).

Ce récit de la marginalisation des musulmans malaisien soulignait en outre que, jusqu’à une date récente, ils étaient aussi connus péjorativement sous le nom de khaek ou « visiteurs à la peau sombre » dans le discours familier. Il existe également une minorité bouddhiste dans les provinces du sud dominées par les musulmans, qui représente environ 30 % de la population, selon les provinces du sud auxquelles on fait référence.

Malgré leur statut minoritaire dans le sud, les bouddhistes sont concentrés dans les zones urbaines et les centres-villes (bien qu’il y ait des villages ruraux à majorité bouddhiste dispersés dans les provinces du sud), tandis que les Malaisiens musulmans sont plus présents dans les zones rurales où l’activité économique continue à tourner autour de l’agriculture et de la pêche où les pratiques et styles de vie traditionnels malais continuent à prévaloir malgré les assauts du développement et de la modernisation.

Le terme officiel pour les musulmans en Thaïlande, « Thai Islam », est un produit de la loi promulguée en 1945 par le gouvernement démocratique de l’après-guerre. Ce terme, cependant, a causé une certaine consternation dans les communautés ethniques malaisiennes des provinces du sud. Bien que les Malaisiens-musulmans soient notre principale préoccupation, nous devons garder à l’esprit qu’une partie de la population musulmane en Thaïlande est juste thaïlandaise en termes de culture et de pratiques sociales, y compris dans l’utilisation de la langue thaïe.

En d’autres termes, ils partagent peu la voie culturelle et linguistique avec les ethnies malaisiennes, en dehors de la religion. Le caractère hétérogène de la société musulmane en Thaïlande devient encore plus évident lorsque l’on regarde l’Islam dans le reste du pays. Bangkok, par exemple, abrite environ 500 000 musulmans d’origines ethniques diverses, tandis que Chiang Mai, au nord, compte une population d’environ 30 000 à 35 000 musulmans, dont la moitié sont d’origine Yunnanes, le reste étant composé de Perses, Bengalis, Pathan, Indiens, Cham, Malais et Indonésiens. En raison de cette hétérogénéité, des décennies de tentatives d’intégration de la part de divers gouvernements thaïlandais ont donné lieu à un discours qui reconnaît enfin la pluralité ethnique des musulmans de Thaïlande ainsi que l’unité de leurs allégeances à l’État et sa conception de l’identité nationale.

 

La contribution économique des voyages et du tourisme en Thaïlande

Le tourisme est l’une des activités les plus importantes du monde, impliquant des millions de personnes, de vastes sommes d’argent et créant des emplois dans les pays en développement et industrialisés. Cet article apporte une contribution essentielle d’un point de vue économique à la compréhension du tourisme. La prospective économique du tourisme influence fréquemment les politiques internes des gouvernements. Dans certains coins de notre globe, le tourisme réceptif est utilisé pour mettre en valeur les réalisations du gouvernement ou du parti au pouvoir et pour mieux faire comprendre les politiques du gouvernement à l’étranger.

Les voyages et le tourisme sont une activité économique importante dans la plupart des pays du monde. Outre son impact économique direct, le secteur a des impacts indirects et induits. La contribution directe des voyages et du tourisme au produit intérieur brut (PIB) mondial et à l’emploi en 2015 était respectivement de 2 200 milliards de dollars et 108 millions d’emplois.

Le tourisme crée des revenus et des emplois directement dans les secteurs où des dépenses ou des investissements liés au tourisme ont lieu et induit également de nouvelles augmentations dans l’ensemble de l’économie, les bénéficiaires des augmentations de revenus dépensant une partie d’entre eux. La création de revenus et d’emplois résulte non seulement des dépenses des touristes étrangers, avec l’augmentation des investissements privés et des dépenses publiques qui en découle, mais aussi des dépenses touristiques intérieures, qui dépassent souvent celles des touristes étrangers.

Si l’on tient compte de ses impacts plus larges, y compris les contributions indirectes et induites, la contribution totale des voyages et du tourisme à l’économie mondiale en 2015 était de 7,2 milliards de dollars, soit 9,8 % du PIB total. En termes d’emploi en 2015, le secteur du voyage et du tourisme a créé 284 millions d’emplois, soit un emploi sur 11 dans le monde. Environ 2,5 millions de nouveaux emplois ont été générés directement dans le secteur en 2015, portant le nombre d’emplois directs à 108 millions.

Au total, 7,2 millions de nouveaux emplois ont été créés grâce à l’activité directe, indirecte et induite. La contribution totale des voyages et du tourisme à l’emploi a augmenté de 2,6 % en 2015, tandis que la contribution totale du PIB a augmenté de 3,1 %, plus rapidement que la croissance économique globale (2,3 %) pour la deuxième année consécutive. En termes de croissance du PIB, le secteur des voyages et du tourisme a surclassé plusieurs autres grands secteurs économiques en 2015, notamment l’industrie manufacturière et le commerce de détail. En termes de croissance de l’emploi, le secteur du voyage et du tourisme a surclassé diverses autres industries en 2015, notamment les secteurs des services, de l’éducation et des soins de santé.

Au niveau d’un pays, la croissance directe du PIB des voyages et du tourisme a dépassé la croissance du PIB à l’échelle de l’économie dans 127 des 184 pays couverts par le rapport annuel Economic ImpactResearch en 2015. L’Arabie saoudite, l’Islande, l’Ouganda, l’Islande, le Japon, le Mexique, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Qatar, la Thaïlande et l’Ouganda sont des exemples d’économies où les voyages et le tourisme ont enregistré les meilleurs résultats en 2015.

La demande soutenue de voyages et de tourisme, conjuguée à la capacité du secteur à dépasser constamment les performances de l’économie mondiale et à résister aux chocs, continue de souligner sa grande valeur en tant que secteur clé pour le développement économique et la création d’emplois dans le monde entier, et sa capacité à faire face à ces chocs.

En Thaïlande même, la contribution directe des voyages et du tourisme au PIB s’est élevée à 1247,3 milliards de bahts (9,3 % du PIB total) en 2015 et devrait augmenter de 4,3 % en 2016 et de 6,7 % par an, de 2016 à 2026, pour atteindre 2 482,9 milliards de bahts  (14,0 % du PIB total) en 2026. La contribution totale des voyages et du tourisme au PIB s’est élevée à 2 795,1 milliards de bahts (20.8 % du PIB) en 2015 et devrait augmenter de 4.0 % en 2016, puis de 6.4 % par an à 5 420,5 milliards de bahts (30.5 % du PIB) en 2026.

En 2015, les voyages et le tourisme ont directement soutenu 2,4 millions d’emplois (6,3 % de l’emploi total). Ce chiffre devrait augmenter de 1,6 % en 2016 et de 5,1 % par an pour atteindre 4 millions d’emplois (9,9 % de l’emploi total) en 2026. En 2015, la contribution totale des voyages et du tourisme à l’emploi, y compris les emplois indirects. Les exportations des visiteurs ont généré 1 678,9 milliards de bahts (17,9 % des exportations totales) en 2015. Il devrait augmenter de 5,0 % en 2016 et de 7,5 % par an entre 2016 et 2026, pour atteindre 3 629,7 milliards de bahts en 2026 (23,1 % du total). L’investissement dans les voyages et le tourisme en 2015 était de 227,4 milliards de bahts soit 6,8 % de l’investissement total. Il devrait augmenter de 8,0 % en 2016 et de 6,6 % par an au cours des 10 prochaines années pour atteindre 464,1 milliards de bahts en 2026 (9,4 % du total).

 

Tourisme Halal : Concept et pratique

L’industrie touristique est consciente de l’intérêt croissant que suscite le tourisme halal, que ce soit du point de vue des praticiens ou des chercheurs. Les acteurs concernés insistent sur le fait que toute stratégie de développement ou de commercialisation de services de produits touristiques halal doit être encadrée par la loi islamique (Charia). Cet intérêt croissant pour le tourisme halal pourrait s’expliquer en partie par la croissance de la population musulmane dans le monde. Halal est un terme originaire de la langue arabe et qui signifie quelque chose d’autorisé, il serait littéralement traduit par le mot « licite ». Ce terme permis par la religion est un fondement du droit islamique.

Le Coran et la Sunna (la vie, les actions et les enseignements du prophète Mahomet) impliquent les musulmans à manger la nourriture bonne et licite que Dieu leur a réservé, mais un certain nombre de conditions et d’interdictions sont à respecter. Il est formellement interdit aux musulmans de consommer de la charogne, du sang, du porc et des aliments qui n’ont pas été consacrés à un être autre que Dieu lui même.

songkhla-central-mosque

Mosquée centrale de Hat Yai

En général, la restriction comprend des éléments de la vie quotidienne comme la nourriture et les boissons. Le halal suit le principe de base du Coran, qui est de manger une nourriture venant uniquement de bonnes matières premières et qui est exempte de maladies, tout en respectant l’équilibre et la proportion du produit. Dans le monde moderne, le halal n’est plus l’expression d’une forme de production, de commerce ou de consommation ésotérique mais fait désormais partie d’un immense marché mondialisé en plein essor. Dans son livre, Johan Fischer a exploré et élargi les problèmes du halal en faisant l’expérience du rôle des musulmans malaisiens à Londres. Son idée de « frontière halal », décrite comme « une zone frontalière à travers laquelle les cultures se mélangent de manière dynamique » est un espace de progrès et d’opportunités prospères que les pionniers et les entrepreneurs doivent cultiver selon leurs visions.

Il soutient ensuite que la vision de l’État malaisien d’exporter son modèle national de halal est une tentative de faire passer Londres pour une  » zone sauvage  » où la production, le commerce, la certification et la consommation de halal sont considérés comme chaotiques, désordonnés et peu développés. Plus clairement, il a expliqué que la « frontière halal », considérée comme une « frontière de la connaissance », indique qu’une meilleure compréhension de la signification halal est nécessaire. Le concept de frontière peut aussi évoquer l’idée d’une « frontière urbaine », une complexité qui échappe au contrôle direct des structures ordonnées et organisées de la société. Au fur et à mesure que le halal prolifère, il déplace les frontières et contribue à de nouvelles formes de fabrication de l’espace, en se basant ainsi vers les boucheries, l’espace public, la publicité et les hypermarchés.

Le tourisme halal est tout objet ou action touristique qui peut être utilisé par les musulmans dans l’industrie du tourisme. La définition considère la loi islamique (charia) comme la base pour fournir des produits et services touristiques aux clients cibles qui sont principalement musulmans, tels que les hôtels Halal (hôtels conformes à la charia), Halal Resorts, les restaurants Halal et les voyages Halal. La définition affirme que le lieu d’activité n’est pas limité au monde musulman. Par conséquent, il comprend des services et des produits conçus pour les voyageurs musulmans dans les pays musulmans tout comme dans les pays non musulmans. De plus, la définition considère que le but du voyage n’est pas nécessairement religieux, c’est peut-être l’une des motivations générales du tourisme.

En tant que segment de l’industrie touristique mondiale dont la croissance est la plus rapide, le marché musulman du tourisme offre une multitude de possibilités aux décideurs et aux entreprises des marchés émergents comme des économies avancées. Selon les estimations, les dépenses touristiques internationales totales des voyageurs musulmans atteindraient 145 milliards de dollars en 2015, après avoir augmenté d’environ 4,8 % par an au cours des dernières années. Le marché du tourisme musulman continue de croître à un rythme plus rapide que l’ensemble de l’industrie touristique mondiale, qui a eu du mal à se redresser depuis la crise mondiale de 2008. Malgré son statut de l’un des segments de consommation les plus importants de l’industrie touristique mondiale, tant en termes de valeur que de volume, le plein potentiel du marché musulman des voyages n’a pas encore été exploité (le nombre de voyageurs musulmans internationaux devant atteindre 150 millions d’ici 2020).

Actuellement, les voyageurs musulmans restent relativement mal desservis en raison de facteurs tels que le manque de sensibilisation des autorités touristiques et des fournisseurs de services au potentiel de croissance du marché, ainsi que la mauvaise compréhension des besoins et des préférences de ce groupe démographique en matière de tourisme. Cela se traduit par un manque d’installations et d’expériences qui répondent aux besoins des voyageurs musulmans, ainsi que par la rareté ou l’incohérence de l’information sur les installations qui leur sont adaptées.

Le fait de ne pas reconnaître et d’ignorer la demande mondiale croissante d’expériences de voyage pour les musulmans, signifie que de nombreuses destinations touristiques internationales, en particulier celles situées en dehors des localités à majorité musulmane, n’ont pas été en mesure de profiter pleinement du potentiel naissant de ce secteur. Il s’agit d’une occasion manquée, étant donné l’impact positif de l’industrie touristique sur la croissance, l’emploi et les finances publiques.

Compte tenu du potentiel de ce secteur, il est évident que les destinations touristiques et les fournisseurs de services doivent élargir leur offre pour inclure celles qui sont compatibles avec les besoins des voyageurs musulmans. En puisant dans ce secteur déjà important et en pleine croissance, les gouvernements et les entreprises vont non seulement stimuler le PIB, mais aussi créer des emplois dans le secteur des services, profitant aux fournisseurs directs de services touristiques ainsi qu’aux sous-industries. Dans un même temps, la croissance de l’industrie du tourisme aura un impact positif sur les recettes publiques par une augmentation des recettes fiscales directes et indirectes provenant du tourisme et son effet multiplicateur sur les entreprises et l’emploi.

La forte intensité de main-d’œuvre que représente cette croissance peut également contribuer à promouvoir d’autres objectifs de politique publique tels que la croissance inclusive et la diversité socioculturelle, qui peuvent contrer des problèmes tels que la pauvreté et les inégalités de revenus, qui sont actuellement au cœur des débats politiques mondiaux. Pour que les destinations et les fournisseurs de services restent compétitifs et se présentent de façon viable comme une opinion favorable aux musulmans, il est clair qu’une stratégie lucide et bien étudiée s’avère nécessaire. Bien que les spécificités d’une stratégie diffèrent d’une organisation à l’autre, elle doit être basée sur les trois étapes de base suivantes :

1. Comprendre les besoins et les préférences des voyageurs musulmans ;
2. Offrir des solutions adaptées pour répondre à ces besoins ;
3. Communiquer sur la disponibilité nouvelle de fonctionnalités adaptées aux musulmans.

La clé pour répondre à la demande croissante d’une expérience touristique compatible avec la religion est de mettre à disposition des équipements, services et autres infrastructures touristiques adaptés aux musulmans, qui soient soutenus par une communication claire et transparente. Pour y parvenir, l’industrie mondiale du tourisme doit relever le défi de comprendre ces exigences et mobiliser les investissements nécessaires pour y parvenir, ce qui exige une réponse coordonnée des secteurs public et privé. Les sections suivantes du rapport présentent un certain nombre de recommandations clés applicables aux divers intervenants de l’industrie du tourisme afin de leur permettre de répondre avec succès aux exigences de la demande.

L’une des particularités les plus appréciées dans les environnements urbains est la possibilité pour les voyageurs musulmans d’effectuer les 5 prières quotidiennes obligatoires, chacune d’entre elles devant être exécutée dans un créneau horaire spécifique : avant l’aube, l’après-midi, en soirée, au coucher du soleil et la nuit. Comme les heures de prière sont réparties tout au long de la journée, les voyageurs musulmans doivent bénéficier de l’accès facile à un espace dédié et propre où ils peuvent effectuer ces prières avant de reprendre leur voyage ou leurs activités.

Dans les pays à forte population musulmane, il est courant que les espaces publics tels que les aéroports, les gares routières et ferroviaires, les centres commerciaux ainsi que les attractions touristiques offrent à leurs clients des lieux de prière dédiés, parfois appelés « musholla ».

Toutefois, ces espaces n’ont pas besoin d’être réservés à l’usage exclusif des musulmans ; en fait, il est de plus en plus fréquent que des lieux comme les universités et les aéroports, en particulier dans les pays à majorité non musulmane, offrent des salles de prière ou des chapelles multireligieuses. Ces installations doivent être clairement signalées et marquées dans le répertoire du bâtiment. Pour qu’un établissement soit propice à la prière, l’espace doit être propre, clos, séparé entre hommes et femmes (avec un étiquetage clair sur les portes respectives) et équipé d’installations sanitaires.

Dans la zone de prière, le directeur de l’immeuble est encouragé à installer une flèche pointant vers la Mecque qui est la direction que les musulmans doivent prendre lorsqu’ils font leurs prières. Bien que cela ne soit pas essentiel, la disponibilité de tapis de prière, d’une horloge murale (pour connaître les heures de prière), de vêtements de prière pour les femmes et de copies du Coran améliore significativement la convivialité des installations.

salle-priere-aeroport-thailande

La disponibilité d’un hébergement adapté aux musulmans, qui offre également un accès facile à la nourriture et aux boissons halal, est sans doute le facteur le plus important pour déterminer l’attrait d’une destination pour un voyageur musulman. Un tel voyageur, par exemple, serait intéressé par un logement qui lui permettrait d’exécuter les prières quotidiennes dans le confort de sa chambre, comme la direction de la Mecque, un tapis de prière propre sur lequel on n’a pas marché avec des chaussures, une copie du Coran placé dans un endroit respectueux, ainsi que des informations actualisées sur les heures de prière.

S’ils ne sont pas facilement disponibles, ces équipements peuvent également être mis à disposition sur demande. Idéalement, un établissement accueillant des musulmans devrait également fournir de la nourriture et des boissons halal sur place, y compris le minibar (qui exige que les boissons alcoolisées et les aliments non halal soient remplacés par des substituts halal), ainsi que le service du petit déjeuner et le room service.

Bien qu’il ne soit pas pratique pour l’hôtel d’avoir un stock prêt de produits alimentaires halal en main, ils doivent offrir aux clients musulmans la possibilité de précommander à partir d’un menu halal avant leur arrivée, de la même manière que les compagnies aériennes permettent aux passagers de demander des repas spéciaux répondant à des exigences alimentaires spécifiques lors de leur réservation de vol. Pour compléter l’offre de nourriture et de boissons halal de l’hôtel, les clients musulmans devraient également recevoir de nombreuses informations sur les restaurants halal à proximité. En ce qui concerne les installations de loisirs, les hôteliers peuvent également envisager d’autres moyens de rendre leurs offres plus conviviales pour les musulmans, notamment en permettant aux femmes musulmanes de porter le hijab.

La lïcéité des produits alimentaires est une question qui préoccupe tout musulman et il faut donc veiller à ce que les produits alimentaires et les boissons présentés comme halal aux voyageurs musulmans le soient effectivement. Pour qu’un repas ou une boisson soit considéré comme halal, il doit avoir été préparé dans un environnement propre en utilisant uniquement des ingrédients jugés autorisés par l’Islam et ne contenant aucun ingrédient expressément interdit ou haram comme le porc, l’alcool ou le sang. Les viandes telles que le poulet, le bœuf ou le veau sont autorisées, à condition qu’elles aient été préparées conformément aux exigences islamiques.

Un repas végétarien qui ne contient pas d’alcool, par exemple, peut être considéré halal alors qu’une langouste de fruits de mer en sauce au vin blanc ne l’est pas. Il est important de noter que la cuisson ou le service d’ingrédients halal d’une manière qui les associe à des éléments interdits, comme l’utilisation d’huile de cuisson préalablement utilisée pour frire le bacon ou un plat de service qui contient également des côtes de porc, rend le repas haram en totalité.

Par conséquent, il est essentiel que les établissements halal potentiels n’utilisent que des ingrédients autorisés et que les grands établissements, comme les hôtels, exploitent une cuisine halal dotée d’un personnel qualifié et d’équipement spécialisé, ainsi que des installations de stockage. Comme forme d’assurance de qualité, les conseils islamiques respectifs d’un nombre croissant de pays ont développé une méthodologie halal sur certification dans laquelle des experts religieux sont chargés de vérifier la chaîne logistique des produits alimentaires crus et traités ainsi que les restaurants et autres établissements pour s’assurer du respect des exigences Halal de bout en bout. Le logo halal est ensuite imprimé sur l’emballage des produits alimentaires certifiés ou affiché en évidence dans les locaux des restaurants accrédités.

Dans le secteur des services, la sensibilisation et la formation du personnel sont essentielles pour s’assurer que les voyageurs musulmans puissent profiter pleinement des installations et du site mis en place pour eux. Une formation rigoureuse est particulièrement essentielle pour le personnel travaillant dans la préparation des aliments, compte tenu de la nécessité de comprendre les différentes exigences qui régissent les ingrédients halal et haram et d’éviter toute confusion accidentelle entre les deux. Il convient de noter que le personnel de service dans les hôtels, restaurants et autres espaces publics devrait connaître les exigences communes des voyageurs musulmans, telles que l’emplacement des lieux de prière et les aliments halal. Offrir de personnaliser les heures de service des repas pour qu’elles coïncident avec le repas d’avant l’aube ou prévoir des pauses de prière pendant un itinéraire de visite sont des exemples des façons dont l’industrie peut aller plus loin pour ses clients musulmans.

halal-nouritture-thailande

La Politique de tourisme halal et l’avenir de l’économie thaïlandaise

Dans un pays comme l’Arabie Saoudite où la religion d’Etat est appliquée, le gouvernement adopte une monarchie absolue islamique unitaire, et chaque nourriture qui circule dans le pays doit être halal. C’est Ainsi que « le Halal n’est pas une préoccupation majeure pour les consommateurs saoudiens, car ils sont assurés par les autorités que tous les produits entrant en Arabie saoudite sont halal », mais dans un pays non musulman, obtenir des produits qui sont véritablement halal peut être un défi. Le tourisme halal peut être défini comme tout objet ou action lié aux activités touristiques autorisées selon l’Islam. Il faut souligner que le lieu de l’activité peut se situer soit dans le monde musulman, soit dans le monde non-musulman.

Pour promouvoir cette initiative, plusieurs organisations et opérateurs touristiques ont organisé des sommets ou des conférences sur le tourisme halal ; par exemple, la Conférence du tourisme halal en Espagne en 2014, le Sommet mondial halal 2015 à Kuala Lumpur, le Sommet mondial halal et tourisme 2015 à Abu Dhabi et le Congrès du tourisme halal à Eindhoven en 2016. Ces efforts ont contribué à augmenter le nombre d’hôtels, de restaurants et de forfaits touristiques Halal dans de nombreuses régions du monde. Non seulement dans les pays à majorité musulmane comme la Turquie, la Malaisie, l’Indonésie, mais aussi dans les pays où les musulmans sont minoritaires, comme l’Espagne et la Thaïlande. En Thaïlande, les arrivées en provenance de certains des principaux pays à majorité musulmane donnent quelques indications sur les tendances. Par exemple, la Malaisie et l’Indonésie sont des pays à majorité musulmane, mais ils ont aussi le statut non musulman. Avec les variations annuelles dues, les principales destinations au départ de l’Asie en 2014 étaient la Malaisie avec 2 644 052 arrivées, suivie de l’Indonésie (508 171), du Bangladesh (88 375), du Pakistan (75 577) et du Brunei (11 281). La Thaïlande reçoit également un nombre limité mais croissant d’arrivées en provenance d’autres pays à majorité musulmane comme l’Iran, la Turquie, les républiques d’Asie centrale et de nombreux visiteurs musulmans de pays à minorité musulmane comme l’Inde et le Sri Lanka.

Avec un impact économique total de 139 milliards de dollars dans le PIB et 4 500 000 emplois dans le monde, il est clair que le tourisme musulman est un secteur de l’industrie touristique mondiale qui apporte richesse et prospérité aux pays et régions clés. Les voyages musulmans sont souvent cités comme un segment du marché touristique à fort potentiel et à croissance rapide. C’est tout à fait vrai, et les moteurs fondamentaux de la croissance du tourisme vont dans le sens d’un développement continu. Mais comme le montre clairement ce rapport, le pouvoir d’achat des touristes musulmans est déjà un marché mondial bien établi, qui génère des centaines de milliards de dollars de PIB et des millions d’emplois.

Un montant supplémentaire de 18 milliards de dollars en taxes est généré par les voyages musulmans entrants, soulignant comment le pouvoir d’achat des touristes musulmans représente une source de revenus potentielle énorme pour les gouvernements qui cherchent à développer leurs secteurs touristiques. Les touristes musulmans viennent des quatre coins du monde et leurs exigences confessionnelles varient considérablement. Mais il y a des mesures tangibles qui peuvent être prises pour rendre les destinations attrayantes pour ce groupe démographique. A plus long terme, les offres numériques et l’accès à l’information élargiront le réseau de voyage musulman.

Il est crucial de communiquer aux visiteurs l’existence de visions et d’installations islamiques, ce qui permet aux économies de participer efficacement à la croissance du marché. Les voyages des musulmans augmenteront également en même temps que l’expansion continue de l’industrie aéronautique en Asie et au Moyen-Orient. La création ou l’extension de plaques tournantes et de liaisons aériennes rendra les voyages internationaux moins chers et plus attrayants, en particulier pour de grandes concentrations de touristes musulmans dans ces régions émergentes. La croissance du tourisme islamique soutient la production et l’emploi dans les régions émergentes et matures, augmentant la prospérité tout en élargissant les horizons et les expériences des musulmans et des non-musulmans. De cette façon, les touristes musulmans représentent une énorme opportunité commerciale, mais aussi une importante opportunité socio-économique à travers le monde.

La Thaïlande compte 7 millions de musulmans dans sa société. Le nombre de musulmans a entraîné une forte demande de produits alimentaires halal. La consommation intérieure de produits halal représente 5 % de la production totale. La production alimentaire présente également des potentialités de marché prometteuses pour les consommateurs non-musulmans. Le producteur alimentaire vend son produit à un consommateur non musulman pour résoudre un problème de confiance et créer une image de marque pour les produits halal.

Les producteurs thaïlandais créent une unité halal avec la certification.  Le processus de certification est premièrement établi en 1948, mais le processus est interrompu en raison d’un certain nombre de difficultés techniques. La division Islam travaille en tant qu’une autorité certifiée halal et est listée en tant que brand trading certification. Jusqu’à présent, la Thaïlande dispose déjà d’un produit de base halal légal. Les restaurants et hôtels qui ont été déclarés « Halal » présenteront le logo de certification, ainsi que des produits alimentaires emballés halal largement disponibles dans les supermarchés et les mini-marchés comme GourmetHall, Big C, Tesco Lotus ou Seven Eleven afficheront le logo halal. Ci-dessous la liste de quelques restaurants et hôtels qui ont été certifiés halal en Thaïlande.

halal-thailande

a) Bangkok :

1 – Dans la zone de Chatuchak, le restaurant Hawa Pochana et la Saman Islamic Food.

2 – Dans le secteur Dusit, le restaurant Busba.

3 – Dans la zone de Khao San – Bang Lam Phu, les restaurants Sara, Nouvo City Hôtel et Kao Soi Chiang Mai Suparp.

4 – Dans la zone de Pratunam, le Baiyoke Suite Hotel, le Coffee Shop au 5e étage et le restaurant Maedah.

5 – Dans la zone de Ramkhamhaeng – Suang Luang – Rama 9, le Fahana Restaurant, Bunga Food Regent Ramkamhaeng et Appartements, l’Hôtel Al Meroz, et Sintorn SteakHouse Ramkhamhaeng. Autour de cette zone il y a aussi des mosquées, comme la mosquée Darul Ibadah, la mosquée Yamelul Ibadah Islam et la mosquée Seroryul IbadahMosque.

6 – Le centre commercial MBK (Mah Boon Krong), dans l’aire de restauration et au restaurant Yana Halal.

7 – Dans la zone de Sukhumvit, le restaurant Usman et Rasa Khas un restaurant indonésien.

8 – Dans la zone Lad Phrao, le restaurant Onaka (Shabu Resto Halal).

9 – Dans la secteur de Petchburi, le Mak Nyah Muslim Restaurant, le Ploy Restaurant Grand Diamond Hotel, le Halong Muslim & India Restaurant au First Hotel Bangkok, et le Nang Phaya Muslim restaurant. Autour de cette zone on y trouve également la Mosquée Darul Aman.

10 – Dans la zone de Silom, le Cili Padi Authentic Malaysian Restaurant, le Kedai Huda restaurant. Dans cette zone, il y a deux mosquées : la mosquée Ban Oou et la mosquée Nurul-Naseha.

b) Chiang Mai

Il y a le restaurant Asma, le Steak Mr. Jo et le Tao Garden Health Resort

c) Pattaya

A Pattaya, il y a un restaurant Harbour dans l’hôtel A-One, le long de la route 2 de Pattaya, nous trouvons aussi des restaurants Halal tels que des restaurants iraniens et libanais. Il n’y a qu’une seule mosquée à Pattaya, la mosquée Darulaubaror, autour de Pattaya Klang Road.

d) Hat Yai

Il y a de nombreux restaurants et boutiques halal à Hat Yai comme Hamid et Salma restaurant dans les environs de Central Market (près de Lee Garden Hotel et Centara).

e) Phuket

Vous trouverez des restaurants halal tels que Bangtao Beach Chalet restaurant, Bangtao Village Resort, Ban Sang Duan restaurant musulman et dans The Royal Paradise Hotel Phuket. Plusieurs mosquées existent sur l’île de Phuket, la mosquée de Kamala, de Patong, de Surin, de Bang Tao, …

f) Krabi

Vous pouvez trouver de la nourriture halal à Ao Nang Princeville Resort. Krabi a deux mosquées, la mosquée centrale et la mosquée Baan Khlong Haeng.

La Thaïlande dispose également d’un centre islamique situé à Ramkhamhaeng, l’un des centres de la communauté musulmane de Bangkok. L’autorité touristique thaïlandaise a lancé une application adaptée aux musulmans pour aider les visiteurs musulmans à trouver des restaurants et hôtels halal, mosquées et visites halal, ainsi que pour fournir des informations touristiques et un guide. La Thaïlande se positionne comme une destination favorable aux musulmans en encourageant le tourisme halal et en lançant des mesures d’incitation à la commercialisation pour les agences liées aux musulmans. Juthaporn Rerngronasa de l’Office du Tourisme de Thaïlande dit que « Commercialiser la Thaïlande en tant que destination accueillante pour les musulmans est un projet pilote pour promouvoir les visiteurs musulmans en Thaïlande alors que nous réalisons le potentiel et la disponibilité de la Thaïlande pour promouvoir ce marché ».

L’Office du Tourisme a pour but d’aider les organisateurs touristiques et les entreprises de voyages à s’adapter aux besoins des voyageurs musulmans. Il s’agit notamment de montrer des monuments musulmans de premier plan ou de visiter des communautés musulmanes en Thaïlande, de fournir des salles de prière, des restaurants et des hôtels halal, ainsi que d’autres attractions adaptées à ce segment du marché, notamment des centres commerciaux, des parcs d’attractions et des parcs à thèmes. Il existe également des initiatives visant à promouvoir le tourisme halal dans les provinces musulmanes du sud de la Thaïlande limitrophes de la Malaisie, ainsi que des incitations pour les agents de voyage et les médias musulmans à étudier les produits et services touristiques destinés aux touristes musulmans à Pattaya, Hua Hin et Phuket, où Phuket se prépare à être un centre de restauration halal. Dans la province voisine de Krabi, peu connue pour être une région à prédominance musulmane, se positionne comme une destination de choix pour les voyageurs musulmans. Selon le Master Card Crescent Rating Global Muslim Travel Index 2015, la Thaïlande se classe deuxième parmi les destinations les plus populaires pour les touristes musulmans du monde entier (dans la catégorie des pays non musulmans), derrière Singapour et devant le Royaume-Uni.

GMTI-2018

La Thaïlande qui s’est hissée à la deuxième place du classement en 2018 se trouve être la destination la plus favorable aux musulmans parmi les pays non-OCI (Organisation de la Coopération Islamique) d’après le Global Muslim Travel Index (GMTI).

D’après les recherches annuelles dans ce secteur, la Malaisie et Singapour gardent leur position de numéro un sur le marché des OCI et non-OCI malgré le fait que leur rivaux s’approchent à grands pas.

Dans le classement GMTI de l’année 2018, la Thaïlande se trouve en 16ème position parmi les 130 destinations inscrites. Ce progrès est dû aux efforts continus que le pays effectue pour le tourisme, et plus précisément le partis pris de promouvoir les restaurants Halal et cette destination auprès des voyageurs musulmans.

Parmi les destinations non-OCI, la Thaïlande reste en 2ème position derrière Singapour, qui est connu pour être le pays le plus favorable aux musulmans. Le Japon et Taiwan ont fait irruption dans le top cinq pour la première fois en 2018 depuis que le GMTI à été lancé.

Le GMTI de 2018 qui couvre désormais 130 destinations a vu la Malaisie rester en 1ère position (en incluant pays OCI et non-OCI). L’Indonésie quand à elle a vu sa place diminuer d’années en années pour rejoindre les Emirats Arabes Unis se trouvant plus bas dans le classement.

Un nombre signifiant de destinations asiatiques ont vu leur places augmenter lorsqu’ils ont adapté leurs services pour attirer les touristes musulmans. Le GMTI a mis en avant le manque d’une forte présence digitale parmi la plupart des destinations sur l’Index ce qui a favorisé les pays asiatiques.

L’Index, qui a été lancé officiellement à Jakarta en avril, a confirmé que le marché du tourisme musulman allait rapidement croître pour atteindre les 220 milliards de dollars en 2020 et 300 milliards de dollars d’ici 2026.

En 2017, on comptait 131 millions de touristes musulmans, par rapport aux 121 millions décomptés en 2016. 156 millions de touristes musulmans sont prévus d’ici 2020, ce qui représentera 10% du marché du voyage. On compte 3,6 millions de touristes musulmans qui viennent en Thaïlande, ils représentent environ 10% des touristes venant en Thaïlande.

“Nous commençons à voir l’impact de l’investissement et de l’engagement sur nos destinations par le biais du marché du tourisme musulman car nous récoltons le fruit de notre travail. Nous avons concentré nos efforts  sur des destinations telles que l’Indonésie, Singapour, le Japon ou encore Taiwan, et les précédents GMTI les félicitent pour l’écart que ces pays ont comblé avec les destinations plus populaires.” a dit Fazal Bahardeen, directeur général de CrescentRating & HalalTrip.

“Cette année, nous avons renouvelé les critères de l’Index pour mieux refléter les stratégies implantées par les destinations en vue d’accueillir les touristes musulmans. Nous avons également lancé le “Crescent-Rating Growth & Innovation Model” pour aider les autres destinations à mettre en place leurs propres stratégies afin d’innover et d’augmenter leur place dans l’Index” a ajouté Bahardeen.

La Thaïlande rattrape les leaders en attirant les touristes musulmans grâce aux initiatives gouvernementales, comme par exemple le “Nationale e-Payment Plan” ou encore la standardisation du QR Code qui rend le voyage plus sécurisé et pratique pour les touristes internationaux, a dit Donal Ong, manager chez MasterCard.

“La Thaïlande est déjà à la deuxième place du classement des pays non-OCI dans l’industrie du tourisme”.

Une nouvelle application pour smartphone en anglais et en thaïlandais, ainsi qu’en arabe et en Bahama Indonésie, est maintenant disponible pour les systèmes Android et iOS en téléchargement sur le site Web du TAT (ou sur l’App Store ou Google Play) en tant qu’application Thailand Muslim Friendly Destination qui fournit toutes les informations sur la localisation des mosquées, les restaurants Halal, etc. Spécialement pour les agences de voyage et les guides d’agences de voyages, les voyageurs musulmans peuvent consulter le site web ISTTAGO  proposant des packages pour du tourisme halal en Thaïlande.

istaggo

Les autorités touristiques thaïlandaises pont prévues une augmentation considérable du nombre de visiteurs musulmans à partir de 2016, en particulier dans les pays voisins que sont l’Indonésie, la Malaisie et le Brunei. Cette augmentation du nombre de visiteurs de Musulmans est due à l’amélioration des installations conviviales pour les musulmans dans la destination, grâce à la disponibilité de nourriture halal et d’installations de prière et à l’intérêt croissant des investisseurs pour le développement des hôtels de tourisme halal. Les experts de l’industrie ont noté que la Thaïlande a toujours été un choix populaire, en particulier pour les familles se rendant à Phuket avec la compagnie aérienne Emirates.

Les représentants de l’Autorité du tourisme de Thaïlande identifient la capacité du pays à répondre aux besoins des voyageurs musulmans en fournissant du personnel arabophone, des options de nourriture halal, des installations de prière à l’aéroport, des hôtels et restaurants accueillants pour les musulmans et des attractions touristiques pour ses visiteurs. Le Comité islamique central de Thaïlande est un organisme important chargé d’examiner le processus de sanction des produits et services ayant un statut halal.

 

Conclusion

La croissance du tourisme halal peut être attribuée à plusieurs raisons évidentes. Premièrement, l’augmentation de la population musulmane dans le monde augmente le nombre de touristes musulmans, ce qui constitue un avantage considérable pour de nombreuses destinations touristiques. Deuxièmement, Mohammed Battour, chercheur sur le tourisme halal, estime que les musulmans sont récemment devenus de plus en plus sensibles à la consommation d’aliments et à l’utilisation de services conformes aux principes islamiques.

Ses recherches montrent également que les touristes musulmans sont de plus en plus conscients de la nécessité de choisir des options halal pour leurs besoins. Le gouvernement thaïlandais est conscient que le tourisme est un secteur essentiel à la croissance économique. Selon les prévisions d’Economic Watch, d’ici 2020, les touristes musulmans devraient atteindre les 192 milliards de dollars dans le monde. La Thaïlande a de grandes chances de réussir parce que la majorité de la population de l’Asie du Sud-Est est musulmane et que le tourisme halal devrait être une politique importante pour augmenter le nombre de touristes (musulmans) et améliorer l’économie de la Thaïlande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page